Menu
Close
FR

L’autoguérison avec la kinésiologie

La kinésiologie thérapie complémentaire, vous aide à activer vos forces d'autoguérison et à libérer vos blocages. Vous retrouvez votre équilibre intérieur et pouvez ainsi avoir recours à votre plein potentiel.

Kinésiologie. ISTOCKPHOTO.
Kinésiologie. ISTOCKPHOTO.

La kinésiologie peut sembler mystérieuse et curieuse à un néophyte. Elle réunit différentes disciplines de la médecine occidentale et orientale. Que se passe-t-il au cours d’une séance de kinésiologie? S’agit-il principalement d’un entretien ou d’un traitement manuel ou fait-on des exercices? De quelle manière la kinésiologie peut-elle reconnaître les causes de troubles, blocages et quel est le traitement approprié pour le client? Nous avons essayé, dans cet article, avec l’aide de Christine Gerber, kinésiologue active à Berne, de répondre à diverses questions en nous soumettant au test musculaire.


Guérison en tant que processus dynamique
Le terme kinésiologie vient du grec (kinesis + logos) et signifie «l’étude du mouvement» Christine pense que: «C’est en réalité le chemin d’apprentissage du client. Le client apprend, dans le mouvement, qu’un processus d’apprentissage est toujours dynamique». La kinésiologie a pour objectif d'équilibrer, d’harmoniser et de relancer notre énergie vitale, en d’autres termes, de remettre en mouvement ce qui pourrait être bloqué tant au niveau corporel que psychique.

Une discipline scientifique
La kinésiologie est une thérapie complémentaire qui propose un large éventail de formes complémentaires de travail. Elle combine les sagesses orientales et occidentales. Elle prend en considération les méridiens de la médecine traditionnelle chinoise, le système indien des chakras, la psychologie et le travail physique sur les tendons et muscles. Le thérapeute dispose de nombreuses techniques à appliquer une fois la cause de la douleur cernée. Ce sont entre autres:
 

  • L’acupressure
  • Stimulation manuelle des méridiens
  • Touch for Health
  • Les techniques de visualisation
  • La relaxation
  • La respiration
  • La diététique
  • L’entretien
  • Libérer l’esprit de systèmes de croyances conditionnés

 


La cause et non le symptôme

La kinésiologie ne concentre pas son attention sur les symptômes mais sur les causes d’un trouble qui bloquent les compétences personnelles, comme par exemple le stress. « Un bon exemple est la peur de l’examen, vous oubliez tout ce que vous avez appris, c’est le blackout. Votre savoir est là mais la peur vous paralyse et vous empêche d’y accéder».  


La cause initiale d’un trouble peut être très différente de ce que peut laisser entrevoir un symptôme. «Prenons l’exemple du client qui a des douleurs à l’épaule. Il peut s’avérer que cette personne se dispute sans cesse avec son voisin. A long terme, un tel stress peut générer un symptôme tel que la douleur. Alors que la médecine classique traite la tension ou soulage la douleur, la kinésiologie examine les causes initiales (source du stress) du déséquilibre.»
 

Les causes peuvent être émotionnelles, structurelles, biochimiques ou de nature physique. Mais comme dans le paradoxe de l'œuf et de la poule, il est souvent impossible d’identifier une cause initiale et de la nommer. Certaines réactions émotionnelles sont conditionnées dans certaines parties du corps et peuvent y être «mémorisées» durant des années. On travaille étape par étape selon le principe de priorité.

La kinésiologie est une méthode holistique: l’exemple du client avec les douleurs à l’épaule révèle un état physique (douleur), un état émotionnel (dispute), et on pourrait aussi travailler sur l’état mental, comme par exemple, libérer l’esprit des systèmes de croyances conditionnés. Adapter la méthode en fonction de la situation - tous les niveaux interagissent entre eux.


Le test musculaire
Comment comprendre cette interaction complexe entre causes et réactions? «L’outil qui fait que la kinésiologie se différencie d’autres méthodes de thérapies complémentaires, est le test musculaire. Il met en évidence la différence entre une énergie qui circule et une énergie bloquée. Quand je teste quelque chose qui me fait du bien, mon tonus musculaire est renforcé, mais quand je fais quelque chose qui me stresse, mon tonus musculaire s’affaiblit. C’est comme avec la posture qui peut également révéler des états d’esprit. Le test n’a rien à voir avec la force physique, il s’agit de constater de quelle façon le tonus musculaire réagit à une pression spécifique.


Christine me propose de faire le test et me prie de lever mon bras. Elle me demande de penser à quelque chose de frustrant. Elle effectue une légère pression sur mon bras et je sens tout de suite mon bras bouger sous sa pression sans que je puisse m’y opposer. Nous répétons l’expérience avec une pensée positive et je peux soutenir sans problème la pression, mon bras y résiste. Je pense tout de suite: «Christine, tu n’as pas appliqué la même force de pression, cela je l’ai senti!» Christine devine le fond de ma pensée et mon doute et m’assure: «Les deux pressions étaient à peu de chose près, identiques. Au cours de la formation de kinésiologue, nous avons exercé la force de pression avec une balance». 


Etant donné que le client ne doit pas exercer une contre-force mais uniquement résister à la pression, il est étonné d’apprendre que le résultat ne peut pas être influencé par la volonté: «Il arrive parfois, que certaines personnes souhaitent obtenir un certain résultat. Cependant, vu mon expérience, je reconnais immédiatement si un client essaie d’influencer avec force et activement le résultat du test».


Fasciné? Afin de trouver un ou une kinésiologue à proximité de chez vous, vous pouvez utiliser la recherche de thérapeutes de Sanagate: www.sanagate.ch/recherchetherapeute

print
Imprimer